Paruta Nicolas.

Publié le par didier Le Roux

Paruta Nicolas était un membre de la société de Vicence. Sa famille fut très célébrée par ses implications patriotiques dans la république de Lucques. Paul Paruta, dans les environs de l'année 1317, quitta cette république, et alla à Venise, sur le compte de la guerre qui sévissait entre l'Empereur et la Pape. Il avait trois fils, Ambroise, Jean et Bartholomé. Le dernier de ceux-ci eut sept enfants, dont un atteignit une haute distinction en littérature.

 

Il y avait un Nicolas Paruta, en tant que médecin, dans la république de Venise, qui fut célèbre comme diplomate: mais était une personne différente du sujet présent, de qui l'histoire est peu connue, au-delà du simple fait, que, quand il quitta l'Italie, il partit tout d'abord pour la Suisse, et puis pour la Pologne, et finalement s'installa en Moravie. Tous les écrivains, qui mentionnent son nom, disent qu'il habita certaines années en Moravie: et semble pour avoir mené une vie en retrait, et pour avoir été peu actif dans la dissimulation des ses idées religieuses, que la plus part de ses compatriotes antitrinitaires.

 

Ses sentiments exacts sont inconnus, mais on pense qu'il a tenu des idées similaires à celles pour lesquelles Servet a souffert à Genève. Certains lui ont attribué "En ce qui concerne le Dieu trine;" alors que d'autres l'attribuaient à Lélio Socin. On l'a supposé pour être le même avec celui, qui était publié à la fin du "Bref récit d'une discussion tenue à Wissembourg, le 8 mars 1568."

 

En 1574, Paruta adressa une lettre à Stanislaüs Lutomirscius, Superviseur des églises de Petite Pologne, dans laquelle il traita du rite des baptêmes, et avançait que ceux qui sont admis dans l'Eglise devraient être baptisés, par amour de prévenir toutes conséquences mauvaises,  qui peuvent se lever de l'omission de la cérémonie, et sans aucune référence pour la question, si le baptême est nécessaire pour le salut.

 

Rabbi Isaac Ben Abraham, dans "Chissuk Emuna," (p.119,) et plusieurs écrivains Chrétiens, mentionnent un traité de Paruta, intitulé, "Discussions sobres et orthodoxes concernant l'Unique Vrai Dieu, Jéhovah." Ce livre, qui est mentionné par Sandius, et imprimé par John Carzanski à Losk, en Lituanie, et en 1578.

 

(Vidend. Sandii B.A. pp.25, 23, 29. Bock, Hist. Ref. Pol. L. Ii. C. i. P.40. Wolfi Bibl. Hebr. T.I.p.642.)


didier Le Roux

Retour page d'accueil
___________________________________________________________________________________________________________________
Le Roux Didier- Unitariens - © 2006 – 2009 Tous droits réservés
"Aucune reproduction, même partielle, autres que celles prévues à l'article L 122-5 du code de la propriété intellectuelle, ne peut être faite de ce site sans l'autorisation expresse de l'auteur ".

 

Publié dans biographies

Commenter cet article