Gabriel Hojski Gabriel et son fils Roman Hojski

Publié le par didier Le Roux

     Hojski Gabriel (1555-1632) et son fils Roman Hojski (1585-1635), des nobles de Volhynie (Wołyń) en Ukraine aujourd'hui, et des politiciens du 16ème et 17ème siècle en Pologne, étaient des patrons et des défenseurs de l'Arianisme (Socinianisme ou Unitarisme) dans leurs états. Gabriel Hojski fut l'un des bienfaiteurs des plus dévoués et des plus généreux pour l'Arianisme en Pologne de son temps. 

 

Gabriel est né d'une famille de petite noblesse de Ruthénien, fils de Roman Hojski et son épouse Dorota Korczmińska (d.1601). Son père fut un orthodoxe d'orient. Sa mère vint d'une famille noble polonaise avec beaucoup de liens avec des ariens, bien qu'il ne soit pas certain, si elle était elle-même une arienne. Gabriel a été baptisé et élevé en croyance orthodoxe orientale. Il reçut probablement une certaine éducation, peut-être dans une école protestante ou même arienne en Petite Pologne (Małopolska), car il était plus tard dans la vie désigné comme le "bien informé". Bien que parfois il  signa son nom en ruthénien, comme la majeure partie de la noblesse Volhynienne à la fin du 16ème siècle, il employa la plupart du temps le polonais dans sa correspondance. 

 

Hojski commença sa carrière de combattant dans les guerres du Roi polonais Stefan Batory contre Danzig et la Russie. Il eut plus tard des escarmouches avec des cosaques et défendit son pays contre des incursions tatares. En 1598, les nobles du pays le choisirent pour une commission pour reformer des lois locales, et en 1601 et 1611, ils le nommèrent juge suppléant à la cour suprême polonaise (Trybunał Koronny). Puisqu'il était tout à fait populaire avec ces nobles, à plusieurs reprises, ils l'élièrent comme leur député à la Diète polonaise (Sejm).  

 

 

Comme la plupart des petits  nobles, Hojski cherchait le patronage des plus hauts nobles, ou des magnats. Grâce à la faveur du Prince Konstanty Ostrogski (d. 1608), le Voïvode de Volhynie, Hojski administra certains états princiers, qui lui ont permis d'augmenter son propre territoire personnel. Commençant par quelques petits villages, il augmenta son domaine et est devenu lui-même un vrai magnat, avec de nombreuses possessions en Volhynie et en Ukraine. Il abrita des paysans s'échappant de Pologne et d'autres domaines nobles, les installant dans ses propres domaines avec des concessions généreuses. Cette augmentation de population propulsa certains de ses villages au statut des villes. Sous son administration la famille installée, à Hoszcza, se développa d'un petit village en une ville.

 

Il n'est pas clair comment et quand Hojski entra la première fois en contact avec l'Arianisme. Il était orthodoxe oriental au moins jusqu'à la fin du 16ème siècle. Étant donné que les idées ariennes étaient répandues parmi la noblesse de Volhynie par la moitié du 16 siècle, et que le père de Gabriel était marié à une femme avec de nombreux parents ariens, il y a des raisons pour croire que Roman Hojski l'ancien pouvait avoir eu de la sympathie pour ce mouvement. Même si à une école protestante Gabriel put avoir développé de la sympathie pour des ariens, il retourna chez lui et épousa même la femme d'un noble orthodoxe orientale, Katarzyna Jełowicka, qui est resté immuablement dans sa religion toute sa vie.

 

Par la suite, avec son patron, le Prince Ostrogski, Hojski lutta contre l'union de Brest, en 1596, qui formellement apportait la vie orthodoxe orientale en Pologne sous l'obéissance de Rome, créant le rite orthodoxe Uniate. C'est probablement à la cour d'Ostrogski, qu'Hojski est devenu au courant, ou en connaissance, avec l'Arianisme. Bien qu'un défenseur dévoué de l'orthodoxie orientale et un ennemi de la contre-réforme catholique, Ostrogski montra une tolérance religieuse remarquable. Il fut marié à une catholique romaine, deux de ses fils sont devenus des catholiques Uniates, un fils est resté orthodoxe, une de ses deux filles catholiques a épousé un arien (janv. Kiszka), et l'autre épousait un calviniste. Il eut de nombreux ariens dans son entourage, et il leur  permit de construire des églises sur ses domaines, Stary Konstantynów, Ostróg, et Ostropol.

 

En 1577, Ostrogski demanda à son courtier, l'arien Montowił, de réfuter une attaque Jésuite sur l'orthodoxie orientale. Montowił injecta dans l'enjeu une quantité considérable de la théologie Arienne. Quand le prince orthodoxe oriental, Andrew Kurbski, le lit, il écrivit à Ostrogski, "mon seigneur bien-aimé, n'avez-vous pas honte de traiter en ami et vivre avec de telles personnes ? Ou avez-vous complètement arrêté d'écouter et répudié les prophètes et les apôtres, qui ont interdit au fidèle de traiter en ami des hérétiques alors ennemis de Dieu ?"   

 

En dépit de cette lettre, Ostrogski et d'autres nobles orthodoxes non seulement employaient des ariens dans leurs cours, mais également envoyaient leurs enfants aux écoles ariennes. En effet, Ostrogski, dans une autre lettre, précisa que les ariens étaient instruits, intelligents, que leur clergé lisait bien dans les écritures et se consacraient à leur dénomination, qui peut bien être comparée avec le retard, l'ignorance, et l'avarice du clergé orthodoxe contemporain. Dans une autre lettre, en 1560, du Prince Kurbski, il était admis que la majeure partie de la noblesse en Volhynie et Podolie était ouvertement arienne ou secrètement sympathisait avec le mouvement. 

 

 

Bien que sa conversion n'apparaisse pas avant une décennie plus tard, en 1600, Hojski devint un sympathisant ouvert avec les ariens et avait établi une école et une église arienne à Hoszcza. Le premier ministre connu d'Hoszcza, Andrzej Lubieniecki (1551-1623), prêchait là avant 1600 jusqu'en 1612. Grâce au travail de Lubieniecki et l'appui de son patron, Hoszcza est devenue l'un des centres de l'Arianisme polonais. Son école attira les fils des nobles locaux de toutes les religions, aussi bien que les étudiants de Volhynie, Podolie, et d'Ukraine, qui ont aidé à la diffusion de l'Arianisme dans tous ces secteurs. Ce n'est d'aucune coïncidence que peu de temps après la fondation de l'église et de l'école dans Hoszcza, l'Arianisme s'est développé en Volhynie et plusieurs nouvelles congrégations étaient établis là.  

 

 

Peu de temps après la fondation de l'école, le notoire "False Dymitr I " y assistait et se converti ici à l'Arianisme. Dymitr I (Griszka Otrepjew) prétendait avoir été un fils miraculeusement sauvé du Tsar russe Ivan IV ("Ivan le terrible"). Quand Dymitr avait saisi le trône de Russie, au synode arien de Raków en 1605, désireux de répandre l'Arianisme en Russie, déléguait deux ministres-un d'Hoszcza-pour "le confirmer dans la vérité". Leur mission a échoué, car Dymitr était peu disposé à compromettre son trône en permettant la propagande arienne en Russie. Le retour des délégués en Pologne les sauva des russes fâchés, qui en 1606 avaient massacrés False Dymitr et ses défenseurs  polonais. La congrégation dans Hoszcza s'est solidement développée. D'ici 1605, Lubieniecki avait un autre ministre pour l'aider. Étant donné que la plupart des sujets d'Hojski étaient ruthéniens, il est possible qu'une certaine évangélisation arienne dans Hoszcza ait été faite dans cette langue. Avant la mort d'Hojski, la majorité des citoyens de la ville étaient des ariens. Il a également fondé une église arienne dans Sokal, une autre pour ses domaines.  

 

L'Arianisme d'Hojski ne l'a pas aidé dans sa carrière politique. Il participa à la rébellion de 1606-1609 (Rokosz Zebrzydowskiego) contre le Roi catholique Sigismundus III Vasa. Pour cette raison, ce n'était pas avant 1621 que Sigismundus l'a promu au poste de castillan de Kijów (Kiev), qui l'a finalement élevé au sénat polonais. Il était le premier arien à se poser dans le sénat sous deux décennies. Il décéda en 1632 et fut enterré dans son domaine dans Hoszcza, probablement dans l'église arienne qu'il avait fondée.

 

Les domaines passèrent à son fils Roman Hojski (1585-1635), qui était cependant baptisé orthodoxe oriental, puis amené arien. Avec de jeunes nobles ariens, il étudia aux universités d'Altdorf et de Bâle, 1604-05. Après être retourné chez lui, Hojski fut choisi pour faire partie, en 1607, d'une députation prêt du roi pour protester des violations des droits de l'église orthodoxe orientale. Plus tard, il a été par deux fois choisi, en 1613 et 1619, comme député à la Diète polonaise, et puis fait juge suppléant à la cour suprême, où il défendit des ariens de la persécution catholique. Il épousa une arienne ardente, Alexandra Niemiryczówna (d.1639), et devint un arien lui-même en 1617. Après la mort de son père, il fut choisi comme nouveau castillan d'Kijów. En tant que patron de l'église et de l'école dans Hoszcza, il mourut sans enfant quelques ans après, et le dernier sénateur arien en Pologne.  

 

Après la mort de Roman Hojski ses domaines ont été divisés entre sa veuve et sa sœur Regina, la Princesse Sołomerecka. Bien qu'élevée arienne, Regina devint une orthodoxe orientale. L'église et l'école dans Hoszcza continuèrent sous le patronage d'Alexandra, mais Regina Sołomerecka, en 1638, fonda dans Hoszcza le couvent orthodoxe Saint Michael, ainsi qu'une école, de sorte que "les enseignements hérétiques ne triomphent pas de la religion orthodoxe". Un an après, suivant la mort de sa sœur, Regina fermait l'école et l'église arienne, expulsait tous les ariens d'Hoszcza, et promit au clergé orthodoxe de ne jamais plus tolérer l'Arianisme dans la ville. Les ariens y sont brièvement retournés, quand le neveu d'Alexandra, Jerzy Niemirycz, saisit Hoszcza en 1640, expulsant les orthodoxes. En 1641, la ville fut achetée par un sénateur orthodoxe oriental, Adam Kisiel. Bien qu'il ait permis le culte arien, l'apogée de l'Arianisme dans Hoszcza était atteint. La congrégation s'est probablement sauvée pendant la rébellion Cosaques de 1648, menée par Bogdan Chmielnicki, qui a dispersé la population arienne de l'Ukraine. 

 

Des croquis biographiques de Gabriel et de Roman Hojski peuvent être trouvés au vol.10 de Polski Słownik Biograficzny (1962-64). Il existe a une information complémentaire sur cette famille dans "herbu Rogala d'Orzechowscy z Orzechowa", H. Polaczkówna, dans le Miesiecznik Heraldyczny, vol.14 (1935). La question de l'Arianisme en Volhynie et Podolie a été traitée dans "Na Rusi de Socynianie", O. Lewickij; dans Reformacja W Polsce, vol. 2 (1922), le wieku de Na Wołyniu W XVI-XVII de protestantyzmu de dziejów d'A. Kossowski, de Zarys (1933), et le, "wieku de l'ukraińskich W XVII de ziemiach de Na d'Antytrynitaryzm"de J. Tazbir;  dans Z Polskich Studiów Slawistycznych (1972). Une traduction en anglais de l'article "Socinianism intitulé Lewickij en Pologne sud et -Russie occidentale" peut être trouvée ans les annales de l'académie ukrainienne des arts et des sciences aux États-Unis, vol. 3 (1953). De l'information sur l'histoire d'Hoszcza peut être trouvée dans J.M. Gizycki Wołyniak, Na Wołyniu (1909) de Hoszczy de przeszłosci de Z. D. Czerska évoquant la participation de False Dymitr I avec l'Arianisme dans Dymitr Samozwaniec (2004).

 

Article par Kazimierz Bem

 

 didier Le Roux
___________________________________________________________________________________________________________________
Le Roux Didier- Unitariens - © 2006 – 2008 Tous droits réservés
"Aucune reproduction, même partielle, autres que celles prévues à l'article L 122-5 du code de la propriété intellectuelle, ne peut être faite de ce site sans l'autorisation expresse de l'auteur ".

Publié dans biographies

Commenter cet article