Glirius Matthias.

Publié le par didier Le Roux

 

Glirius Matthias est désigné en tant que "Médecin" par Sandius; et Sandius, dans la préface de sa Discussion avec Francis David, le mentionne comme un de ceux, qui, en Transylvanie, étaient entrés en controverse avec la doctrine de prier le Christ, avant qu'il soit contredit en public par David lui-même. Qu'il était allemand, cela semble hautement probable, mais de quelle partie de l'Allemagne il était natif n'a jamais été affirmé. Zeltner pense, qu'il est la même personne que Matthias Vehe, qui avait été auparavant un Diacre à Luter, ou Kaiserlautern, en bas Palatinat, ou  bien en Palatinat du Rhin; et que, ayant été banni, avec James Suter, ensemble dans la fin de l'année 1572, il assuma le nom de Glirius, dans le but de prévenir de la suspicion. Ruarus, écrivant à Calovius, disait, qu'il était la personne appelée Dietrick Dorich, et Nathanaël Eliana Matthania. Sous le dernier nom, il publia à Cologne, en 1578, un travail allemand, "Sur le Royaume du Christ," pour une version latine, de laquelle Sandius a fait référence.
didier Le Roux

Retour page d'accueil
___________________________________________________________________________________________________________________
Le Roux Didier- Unitariens - © 2006 – 2009 Tous droits réservés
"Aucune reproduction, même partielle, autres que celles prévues à l'article L 122-5 du code de la propriété intellectuelle, ne peut être faite de ce site sans l'autorisation expresse de l'auteur ".

 

 

Ses vues selon le Royaume du Christ semblent pour avoir ressemblé à celles de Millénaristes. Ruarus disait, qu'il judaïsait manifestement; et que James Palaeologus, Francis David, John Sommer et Christian Francken adoptèrent ses idées.

 

Dans l'année 1583, en 8 volumes, était publié avec le titre, "Tractus aliquot Christianae Religionis," et très probablement était imprimé à Ingolstadt. Mais il a été dit  pour avoir été réellement édité en Pologne, et l'impression doit avoir été petite, car Smalcius, en réponse à une certaine thèse, dans laquelle Wolfgang Franzius y fait référence, confessant qu'il n'a jamais vu le travail. Les auteurs des traités contenus dans ce volume étaient Matthias Glirius, Adam Neuser et John Sommer. La préface a été écrite, comme il a été établi dans une première partie du présent travail, par Théodore Schimberg. Ce fut quelques années suite à l'apostasie de Neuser, et la mort de Sommer, que ces traités furent publiés. Que Glirus ait vécu après Sommer est au-delà de tout doute. Sandius le suppose pour être la personne dont Possevin appelle Matthias Polonus; et qui, en tant que doué pour l'Hébreux, fut nommé Recteur de l'école de Clausenbourg avec James Palaeologus, après la mort de Sommer.

 

(Vidend. Sandii B.A. p. 57. 69. 86.Bock, Hist. Ant. T.I. pp. 402, 403, 762.Zeltneri Hist. Crypto-Sociniami, p. 333, Not. b. p. 1234. Ruari Epist. Cont. I. N. 46.)

 

Publié dans biographies

Commenter cet article