Jonas Schlichtingius (1592-1661). partie II

Publié le par didier Le Roux

Ci-dessous un portrait de lui préfixé pour ses écrits expositoires, sont les lignes suivantes.

 

Haec veveranda senex gessit Schlichtingius ors,

Haec gravitas vultus plens decoris erat.

His Dea Suada sedit labiis, haec ille resolvens,

Durs licet, poterat saxa movere loco.

Haec jam muta silent : loquitur tamen ille, loquentem

Audit, et auditum fama loquetour anus.

 

         Un court temps avant sa mort, Jeremiah Gerlach, Pasteur de l'Eglise Evangélique à Schlichtingheim, l'objet pour lequel était de le convertir à la foi Calviniste : mais il disait de Gerlach, qu'il devrait adhérer, pour son dernier souffle, pour le corps des chrétiens, avec qui il avait agi toute sa vie, et dont les sentiments qu'il avait défendus par ses prêches et écrits.

         Le nom de Jonas Schlichtingius était tenu en haut respect par les sociniens contemporains. L'auteur anonyme de "Life of Andrew Wissowatius," annexé de "Bibliotheca Antitrinitarium," de Sandius, l'appelle "that great light and ornament of the Church" (p. 240,) (Cette grande lumière et ornement de l'Eglise), et Stanilaüs Lubieniecius, dans le notice de Schlichtingius préfixé pour ses Commentaires, le désignait "a man, who was alike ennoble by birth, erudition and piety, and most happy in unfolding the hidden sense of Ecritures, and in elucidating the sacred text ; a man possessing abilites of the very highest order, and an exquisite knowledge of sacred and profane litarature, including an acquaintance with varius languages." (un homme, qui était aussi bien anobli par naissance, l'érudition et la piété, et plus heureux en développant le sens caché des Ecritures, et en élucidant le texte sacré, un homme possédant les habiletés pour les très hauts ordres, et une exquise connaissance de la littérature sacrée et profane, incluant une connaissance de diverses langues.)   Les Frères Polonais, dans une lettre adressée au Sénat de Koloszvar, l'appelle "a man most noble by birth, and most illustrious by virtue and erudition, whose prudence and skill in managing the affairs of the Church, not only we, but you have experienced." (Un homme noble par naissance, et plus illustre par la vertu et l'érudition, dont la prudence et l'habileté en dirigeant les affaires de l'Eglise, non seulement nous, mais vous aussi avez expérimenté.) Ruari Epp. Cent. Ii. N. 45, pp. 316, 317.)

              

La douceur de sa disposition est particulièrement habitée au dessus par ses admirateurs, et ses écrits pleinement portaient la prière dont ils conféraient sur lui. De même sa conduite n'avait été le thème de l'admiration parmi ceux seulement qui avaient entretenus les mêmes opinions religieuses que lui-même, mais parmi ceux aussi qui avaient différencié de lui. Zeltner l'appelait "The most celebrated socinien among the Polish Nobility," (Le plus célèbre Socinien parmi la Noblesse Polonaise,) (Hist. Cryto-Soc. Altorf. p. 499,) et un homme "d'une remarquable candeur" (p. 502), et Hoornbeek, quand il faisait allusion à la controverse dont Schlichtingius avait avec Balthasar Meisner, un Saint Luthérien, et Professeur de Théologie dans l'Université de Wittenberg, le loue comme un ingénieux et cultivé, et disait, que "sa seule faute était d'être un adversaire." (Apparat. Ad Controversias et Disputationes socinienne. p. 68.)

Ses posthumes Commentaires, davantage pour les livres du Nouveau Testament, étaient publiés avec trois copieux Indexes, à Irenopolis, (Amsterdam,) dans l'année 1665. Ils consistent en deux Volumes, qui sont généralement tenus comme un. Le premier volume contient un Commentaire sur l'Evangile de Jean, (Fol. 1-151,) un Paraphrase sur son proëm, (Fol. 153,154,) et un Commentaire sur l'Epître aux Romains. (Fol; 155-325.) Le second contient des Commentaires sur les Epîtres restant du Nouveau Testament, excepté le premier des Hébreux, et celui de Jude, pour lequel il y a seulement un fragment. (Fol. 1-428.) Les divers Travaux écrits de Schlichtingius donnent le catalogue suivant :

 

1. Un Discours de Christopher Lubieniecius, Sen., Pasteur de la Congrégation de Rakow, dans lequel il s'adresse à ses enfants, et le reste de ceux qui étaient présent, à la période de sa mort. Rakow, 1624. C'était édité des notes de Jonas Schlichtingius.

2. Une réponse à un Ecrit de Daniel Clementinus, Ministère, intitulé " Contradictions et Absurdités," etc. Rakow, Sebast. Stenacki, 1625, 4to, Polon. Cette réponse était dédiée pour Raphaël Leszcynski, Palatin de Belzyce. Bock donne un plein compte de ses contenus, aussi bien de ceux du travail de Clementinus, contre lequel il est dirigé (Hist. Ant. T. I. P. ii. pp. 772-777.) En 1630, Clementinus se défendait dans un travail polonais, intitulé, "Antapologia, or the Reply of D. Clementinus, Minister, to the Reply of Jonas Schlichtingius;" et Schlichtingius en 1631 publiait.

3. Une Réponse pour le "Antapologia" de D. Clementinus.

Rakow, Sebast. Stenacki, 4to. Polon. De ces deux, Bock avait donné quelques comptes. (pp. 777-780). 

4. Commentaire sue l'Epître aux Hébreux, avec un Index des principales matières, et passages de L'Ecriture. Rakow, Paul Sternacki, 1634, 8vo. Dans ce travail, Schlichtingius reconnaît qu'il était assisté par Crellius, pour qui il affirme le mérite principal, en élucidant ce difficile Epître. Le Dr Arthur Ashley Sykes avait étroitement suivi dans les pas de Schlichtingius, dans son "Paraphrase and Notes upon the Epistle to the Hebrews. Londres, 1775," 4to.

5. Commentaire sur l'Epître aux Galates, pris principalement  des lectures de John Crellius, avec une préface de Jonas Schlichtingius. Rakow, 1628, 8vo.

6. Commentaires sur les trois premiers Chapitres de l'Epître aux Romains pris principalement  des lectures de John Crellius, avec une préface de Jonas Schlichtingius. Rakow, 1638, 8vo.

7. Deux Questions ; une : S'il y a des Doctrines dans les système religieux des évangéliques, lesquelles, à peine, permettent le Personne qui les embrassent de rester dans le péché ? L'autre : Si dans le même système religieux certaines idées sont autorisées, lesquelles ne sont pas permises par la Loi du Christ ? contre Balthasar Meisner, Docteur de Théologie, et Professeur Public dans l'Université de Wittenberg. Paul Sternecki, 1636, 8vo. Ce travail est dédié pour les deux frères, Andrew et Adam Goslavius. Sur la plus ancienne des deux questions discutées dedans, l'auteur avait auparavant traité dans un travail séparé, intitulé (…)

8. La Question, Est-il nécessaire de ne rester sous aucuns péchés opposés à le Doctrine Evangélique, en droiture pour hériter du Royaume du Ciel? Contre Balthasar Meisner, Docteur de Théologie, etc. Paul Sternacki, 1635, 8 vol.

9. Sur le Sainte Trinité, sur les Préceptes Moraux de l'Ancien et le Nouveau Testament, et les ordonnances sacrées du Baptême et du Repas du Seigneur, une Discussion conte Balthasar Meisner, Docteur de Théologie., etc. 1637, 8vo. Une Réponse pour cette Discussion par Daniel Christopher Franck était publiée dans l'année 1705, 4to. C'était un travail posthume, et édité par son fils, Wolfgang Christopher Franck.

10. Une Confession de le Foi Chrétienne de ces Eglises, dont, en Polonais, cordialement professait Un Dieu, et son Seul engendré Fils Jésus Christ, et le Saint Esprit, par un Confesseur de Sainte Vérité. 1642, 4to. Lat. Une seconde édition, dans une forme élargie et modifiée, apparaissait en 1651, 8vo. Les deux éditions de ce petit travail sont rares, et particulièrement celle de 1642. Il était publiquement brûlé sur la place du commerce à Warsaw, A.D. 1647. Un e version Polonaise de celui-ci apparaît en 1646, 4to., Une Française dans la même année, 8vo.; une Allemande en 1652, 8vo., et une Allemande en 1653, 8vo. La dernière était par Jeremiah Felbinger.

11. Notes (sous le nom de john Simplicius) sur le Commentaire d'un homme très cultivé (Hugo Grotius) sur II THess. Ii. 1843, 8vo.

12. Notes de Jonas Schlichtingius de Bukowice sur un Sermon de George Veschner sur Jean I; Lezna, 1639, 8vo.; Rakow, 1644, 8vo. Un regard sur la dernière de ces Editions, selon Bock, est suffisant pour satisfaire n'importe qui connaissait la typographie de Sternacki, qui ne peut pas avoir été éditée à Rakow, pour laquelle les Sociniens étaient expulsés de Rakow. Elle était probablement éditée aux Pays Bas.

13. Lettres pour George Calixtus. 1645. MSS.

14. Une lettre pour Gregory Schoenhoff  le Jésuite. Mai 1645. MS.

15. Une lettre pour Matthias Gloskowski sur la Satisfaction et les Mérites du Christ, et sur la Rédemption par son Sang, en Défense de l'Innocence de Socin pour les Charges portées contre lui dans une Confession de l'Eglise Réformée. 1645. MS.

16. Un Papier transmis pour les Docteurs de Königsberg, le 25 Novembre 1645, en réponse au Dt. Dreyer.

17. Une Prière pour Jésus Christ, le Fils de l'Homme. 1644, Lat. 1646, Polon. 12mo. Cette Prière apparaît pour avoir été jointe au No. 12, (p. 107,) et remplie six pages.

18. Une Explication sur les six principaux  Passages allégués en Défense de la Trinité. Lat. Une traduction Hollandaise de ce tract publié, avec deux autres, par Crellius et Stegmann, en 1649, 4to.

19. Une vraie Explication des quatre Passages de l'Ecriture sur la Déité du Christ : i. "Dans le commencement était la Parole," etc., Jean i. 1-19. ii. "Qui est l'image du Dieu invisible," etc., Col. i. 15-21. iii. "Toi, Seigneur, dans le commencement avait dressé la Fondation de la Terre, etc., Heb. i. (le chapitre complet). Iv "Avant Abraham, je suis," etc., Jean viii. 56-59 : et aussi pour deux Passages sur la Sainte Trinité : i. "Baptisant dans le nom du Père, et du Fils, et du Saint Esprit," Matt. Xxviii. 19. ii. "Il y a trois qui sont enregistrés dans le Ciel, le Père, le Parole, et le Saint Esprit, et ces trois sont un," I Jean v. 7 ;écrit par Jonas Schlichtingius de Bukowice. 1645, 4 to. Polon. Bock établi, que les deus explications dernières mentionnées étaient écrites dans une copie dont il parlait, et il donne  une pleine et longue traduction en Latin de la Préface, qui avait été faite pour lui par un ami. (Hist. Ant. T. I. P. ii. pp. 805-809.) Une version Hollandaise de ce petit travail apparaît en 1649, 4to.

20. Un Epître Apologétique, contenant un Compte de sa propre Cause, discuté dans la Diète de Warsaw en 1646, et pour le Décret ici passé contre lui : écrit le 15 juillet 1650, et publié dans la même année, 8vo. Une seconde édition apparaît en 1652, 8vo.

21. Des Auto-Vengeances pour les Mannes d'une Confession Chrétienne condamnée aux flammes et brûlée, qui avait été inquiétée par le Révérend Nicholas Cichovius. A. D. 1652, 8vo. C'était une réponse pour une attaque, faite par le Révérend N. Cichovius, le Jésuite, sur la Confession, pour laquelle un compte est donné sous le No. 10. Le titre du travail de Cichovius était, "Credo Arrianorum, scu, Confessionis Socinistarum, vel Samosathenistarum, vulgo Arrianorum, Symboli Apostolici Vestem, Luclavicii, fraudulenter indutae ; Imposturae detectae, etc. Cracoviae, in Officina Typo. Franc. Caesarii, S. R. M. Typ., A. D. 1649," 4to. Apologie de Schlichtingius, ou défense pour la Confession, contenant, en premier, Une Réponse à l'Epître Dédicatoire de Cichovius pour John Wiclopolski, Gouverneur de Bicez., etc. ; en second, Les auto Défenses pour les Mannes inquiétées d'une Confession de Foi Chrétienne : et en troisième, Un Epître Apologique, écrit le 15 juillet 1650, 2nd Ed.

22. Un siècle des Arguments du révérend N. Cichovius. A. D. 1652. 8vo. Le travail pour lequel c'était une réponse, portant le titre suivant "Centuria Arfumentorum pro Summâ, et naturali Christi Domini Divinitate, cjusdemque divinis Perfectionibus, collecta, et Samosathenistis, vel Socinistis, (vulgo Arrianis,) oblata, a P. Nic. Cichovio Socictatis Jesu. Cracovie. 1649," 4to. Le même auteur après publiait, "Speculum Samosathenistarum vel Socinistarum vulgo Arrianorum, etc. Cracovie. 1662, 4 to. Ce travail, Cichovius le dédicaçait pour le Sénat de la ville de Dantzic, et Schlichtingius lui répondait, dans un quarto pamphlet, intitulé,…

23. La Raison du Mal de Cichovius, ou une Réponse d'un Livre de Cichovius, dans laquelle il disait, "Arrianos vulgo dictos Diabolum pro Deo habere;" et dans une autre, appelée,

24. Cichovius incapable de stipuler le Mal dont il avait élevé, 4to. Les deux avaient été écrits dans la langue Polonaise.

25. Une Apologie pour la vérité accusée, adressée pour les plus Illustres et plus Puissants Etats des Pays Bas et l'Ouest Friesland, par un chevalier Polonais. A. D. 1654, 8vo.

26. Une Courte Explication de divers Articles pour la Foi Chrétienne, par John Simplicius, à laquelle il ajoute une courte Explication de Romains IX, écrite pour un des Nobles Polonais. 1656, 8vo. Belg. La traduction Hollandaise était faite d'un manuscrit Latin de Schlichtingius, par P.I., qui est Peter Langedult.

27. Un Mémoire au nom des Frères Polonais, écrit par Jonas Schlichtingius et Stanislaüs Lubieniecius à Stettin. Le 20 avril 1659.

28. Questions sur la Magistrature, Guerre, et Self-Défense. Ces Questions sont inscrites dans les Travaux collectés de Wolzogenius, jointes avec ses Annotations. (Bibli. Fratr. Polon. T. VII. Ad cale.)

29. Annotations opposées aux Annotations de Wolzogenius, mentionnées au-dessus, sur la Magistrature, Guerre, et Self-Défense. (Ibid.)

30. Catéchisme pour les Eglises Polonaises, avec confession, selon les Saintes Ecritures, un Dieu le Père, et son seul engendré Fils, accompagné avec le Saint Esprit, d'abord publié dans l'année du Christ 1609, après corrigé par quelques Personnes dans le même Royaume, et encore après un intervalle de mêmes années, par John Crellius, Franck : et maintenant longtemps révisé, et élargi pour plus de la moitié par Jonas Schlichtingius. Irenopolis, (Amsterdam,) à la dépense de Fred. Théophilus, après l'année 1659, " 8vo. L'actuelle année de publication n'apparaît pas pour être connue, mais Sandius l'établie pour avoir été dans les environs de 1665, (B. A. p. 130,) bien qu'il place la mort de Schlichtingius en 1661 (p. 126). Il peut être resté quelque temps en manuscrit, et être publié après la mort de Schlichtingius. La Préface était la production jointe d'Andrew Wissowatius et Joachim Stegmann, le Jeune, et Schlichtingius, dans sa capacité d'éditeur, ajoutait des réponses à certaines notes de Martin Ruarus. Walchius établi, que cette traduction Hollandaise de cette édition était faite par John Cornelius, ou Knoll, mais qu'elle n'avait été porté d'aucune estimation, sur le compte d'arbitraires altérations et omissions, et particulièrement alors concernant les Chapitres du Baptême, et le Repas du Seigneur. (Bibl. Theol. T.I. p. 539.)

31. L'Ancienne Foi concernant le Dieu Un pour tous, le Père tout Puissant, et son Fils, Christ, faite par Lui le Premier Seigneur de tous, contre les Innovateurs, pour John Amos Comenius. Irenop. 1685, 8vo. Celui-ci était opposé à un travail de Comenius, dédié pour Schlichtingius, et intitulé, "L'Ancienne Foi concernant le Dieu Un des Chrétiens, le Père, Fils et Saint Esprit, contres les Innovateurs." Amst. 1659, 8vo.

32. Sur la Liberté et l'Avarice. Ms.

33. Une Explication de la Prière du Seigneur. Polon. MS.

34. Un Sermon sur Psaume ex. Polon. MS. Lat. MS.

35. Plusieurs autres Sermons. MSS. A. D. 1640. Au Synode de Kissiclin, Schlichtingius était ordonné de composer des Homélies sur Luc v. 20, et I Jean ii. 15.

36. Notes sur "Wish for Peace" (souhait pour la paix) de. Hugo Grotius. Irenop. 1685, 8vo.

37. Contre Joshua De la Place, Professeur de Divinité à Saumur. MS.

38. Brèves Notes sur "l'Attempt to prove that the One Dieu exists in a Trinity of Persons." (Essai de prouver que le Dieu Un existe dans une Trinité de personnes,)  MS.

39. Contre Comenius. MS. C'est probablement le même que N° 31.

40. Une Discussion concernant Feet-Washing, (lavage des pieds) contre Stegmann Junior. MS.

41. Un Message de George Ragotzi, Prince de Transylvanie. MS.

42. Tous les Passages de l'ancien Testament, qui sont ajoutés par les Trinitaires en Preuve de leur Doctrine, expliqués par le ainsi appelé Orthodoxe dans la même Manière que les Unitariens, communément appelés Sociniens, les explique, et tous les Passages du Nouveau Testament collectés de la même Façon. MS. Ceux-ci étaient les productions jointes de Schlichtingius, Morscovius, Stegmann, et autres, et sont probablement identifiable avec le "Sylloge" de Voidovius, ou le "Triadomachis," pour lequel il est fait fréquemment mention dans les Actes Synodaux.

43. Sur "The true Catholic Faith" (La vraie foi Catholique,) d'un anonyme Ecrivain, et une Réfutation du même, pro et con. MS.

44. Sur le vrai Honneur de la Vierge Bénie. MS. 

45. Sur les Articles Fondamentaux, contre Balthasar Meisner.

46. Sur la Nécessité, contre Balthasar Meisner.

47. Commentaires Posthumes sur tous les Epîtres du Nouveau Testament, et aussi sur l'Evangile de Jean.

48. L'Opinion concernant la Satisfaction, dans le quel l'auteur souhaitait de mourir. MS.

49. Une Lettre pour les Exilés Unitariens, datée Kreutzberg, le 17 juin 1661, et insérée dans "Hist. Ref. Polon." de Lubieniecius, L. iii. C. xviii. La raison pourquoi la composition de cette Lettre est attribuée à Schlichtingius est, parce que son nom est le premier parmi trente six qui sont souscrites à elle.

En addition aux travaux qui sont déjà mentionnés, Schlichtingius contribuait son partage pour (…)

50. Une Amicale Discussion contre les Juifs :

51 : Au Synode de Kissielin, en 1640, il était autorisé de préparer une Réponse pour le Synopsis de Bisterfeld, en conjonction avec Morscovius :

52. A l'Assemblée de Siedliski, en 1643, il entreprenait de préparer un travail Sur l'Etat pour le Mauvais après la Mort, et à la même période, Une Apologie pour les Congrégation des Sociniens en Pologne :

53. Selon les Actes de l'Assemblée de Czracow, en 1651, il préparait un Bref Catéchisme, mais aussi en Polonais, un en Latin, mais ce n'est pas attesté :

54. Au Synode de Czarcow, en 1652, il était requis de préparer Un Plan Pour effectuer une Union avec les Evangéliques : et certains avaient contribués pour lui.

55. Deux Considérations pour les Paroles, Termes et Phrases, utilisés par Saints en référence à la Doctrine de la Trinité, et Un Questionnement comment la Discussion de cette Doctrine peut-elle être installée, publié sous le nom de Irenaeus Sedaletophilus, 1684, 8vo. D'autres avaient affirmé ce travail, plus correctement peut-être, à John Preussius.

Retour début de l'article




didier Le Roux

__________________________________________________________________________________________________________________
Le Roux Didier- Unitariens - © 2007 - 2008 Tous droits réservés
"Aucune reproduction, même partielle, autres que celles prévues à l'article L 122-5 du code de la propriété intellectuelle, ne peut être faite de ce site sans l'autorisation expresse de l'auteur ".

 

Publié dans biographies

Commenter cet article