Neuser Adam

Publié le par didier Le Roux

Neuser Adam, (ou Neusner, comme le nom est écrit par Sandius,) était Ministre de l'église St. Pierre, à Heidelberg. Dans les environs de l'année 1565, une controverse s'élevait dans cette ville concernant le gouvernement de l'église. Jusqu'alors, à l'excommunication, on n'avait pas eu recours; et C. Olevianus avait constamment exhorté l'adoption de la discipline, pour être observée dans l'église de Genève. Ceci était fortement résisté par Christopher Probus, Thomas Lieber, (mieux connu sous le nom de Eratus,) et Adam Neuser, qui désapprouvaient cette discipline comme de la tyrannie. Neuser disait, qu'il s'y opposait comme un faux, et comme répugnante pour la parole de Dieu, et Eratus et lui-même prenaient chaque opportunité de parler et d'écrire contre elle. Non longtemps après ceci, il était trouvé que Neuser ne croyait pas à la doctrine de la Trinité, et il était banni sur le compte de ses opinions.

Sandius se réfère à une lettre manuscrite, laquelle, Neuser avait écrit à l'ambassadeur de John Sigismond, Prince de Transylvanie, à la Cour de l'Empereur Maximilien II, et disait, que sa lettre avait été interceptée, et que son contenu amenait à l'appréhension et l'emprisonnement d'Adam Neuser et John Sylvanus. Jacques Suter et Matthias Glirius semblaient aussi pour avoir été impliqués dans les conséquences de cette transaction.

D'une autre source, il est que cette lettre est tombée dans les mains de l'empereur Maximilien, que Neuser a été arrêté avec ses amis, qui comprenaient deux hommes appelés Sylvanus Vehe et Mathias. Ils ont été jetés en prison le 15 juillet 1570. Neuser échappait seulement pour être repris. Il s'est enfui une seconde fois, mais avait été de nouveau arrêté. Leur procès a continué pendant deux ans. Il a été décidé de couper la tête de Sylvanus. À ce point, Neuser s'échappait de nouveau. Cette fois, il atteint Constantinople et embrassé l'Islam…

 

 L'érudit Samuel Crellius représentait Neuser pour avoir été le premier, dans les temps modernes, qui enseignait la pure humanité du Christ, comme il était par la suite adopté, et professé par Simon Budnaeus et Francis David. Sandius relate, qu'il c'était quand Neuser avait exercé ses fonctions ministérielle environs pendant dix années, que son emprisonnement eu lieu en Basse Palestine, et Budzinius décrit son évasion providentielle, et s'échappait en Transylvanie, dans l'année 1571. "Le Socinianisme," disait Mosheim, "était introduit en Allemagne par Adam Neuser, et autres émissaires, qui infectaient le Palatinat avec leurs erreurs, ayant entré dans une division avec les transylvaniens, à la période critique quand les affaires des unitariens en Pologne amenaient un aspect douteux et inintéressant. Mais cette division pernicieuse était détectée, et les plans de leurs auteurs entièrement dévastés et démontés, sur quoi Neuser allait en Turquie, et enrôlé parmi les Janissaires."

Ce récit de Mosheim représente Neuser comme allant  de son plein accord en Turquie, mais Chytraeus disait,  qu'il avait été pris pour un espion à Clausenbourg, et allait à Constantinople. Zeltner, qui se réfère à se compte de Chytraeus, conjecture, que Neuser, sous ces circonstances, trouva expédient de faire une profession formelle à l'Islam, dans le but de sauver sa vie, et, en confirmation de cette conjecture, réfère à l'Appendice de  Heineccius pour la Description de l'Eglise Grecque.

De ce qui était dit de l'apostasie de Neuser reste principalement sur le témoignage de Stephen Gerlach, un Théologien luthérien, qui allait à Constantinople, dans le mois d'août 1573, dans la capacité de Chapelain domestique pour le Baron Ungnad Von Weiszenwolf, Ambassadeur autrichien à la Porte. Gerlach disait, qu'il avait vu Adam Neuser ici, et avait parlé avec lui, et que, en lui parlant comment il arrivait à un tel degré d'erreur, il répondait, "Si je n'avais jamais été un calviniste, je ne serais jamais venu a ceci." Un fragment d'une lettre y est référée, et contenant le passage suivant. "Aucun écrivain de notre temps, qui soit connu de moi, est devenu un arien, qui n'avait pas été auparavant un calviniste, comme Servet, Biandrata, Paul Alciati, Francis David, Gentile, Gribaldi, Sylvanus, et autres. Laissez-le, cependant, craindre au moins qu'il devrait tomber dans l'Arianisme, en se méfier du Calvinisme." Il y a aussi, une lettre adressé par Gerlach à Martin Crellius, et écrite dans l'année 1575, contenant un récit de l'apostasie de Neuser.

Mais Ruarus semble avoir des doutes pour la vérité de toute l'histoire, et Fabricius est également incrédule quant à elle. Le fait probable était, comme Zeltner le dit, que Neuser, étant banni de Constantinople, et se retrouvant dans une situation, dans laquelle la sécurité de sa vie dépendait qu'il fasse une confession de foi musulmane, il n'avait pas le courage de rester ferme aux principes Chrétiens, et extérieurement se conformait à la religion de son pays, comme moyen de se préserver. Ni, il n'y a rien d'incohérent avec cette supposition, dans le récit donné par Gerlach : car il est évident, que Neuser sentait la dégradation de sa position, quand il disait, qu'il ne devrait pas être devenu ce qu'il était, s'il n'avait jamais été un calviniste. Henri Altingius appelle la vérité de sa relation en question, par ce que Wenceslaüs Budowez, qui donne un compte de la partie de le lettre quant à la vie de Neuser, il n'avait pas mentionné : mais aucune telle inférence peut être équitablement apportée su silence de Budowez, respectant une conversation privée avec une autre personne.

 

Dans un travail intitulé, "Monumenta Pietatis et Literar. Virorum in Republ. et Literaria Illustrium selecta," publié à Francfort sur le Main, et au début du siècle dernier, et inséré dans une plus grande longueur, "Une Lettre à Selim II., Empereur des Turks," en laquelle l'écrivain professe l'Islam, et offre de se jeter lui-même sous la protection du Sultan. Cette lettre adressée au dirigeant des musulmans à Constantinople, l'Empereur Selim II, est incluse dans "Antiquités Palatinae" qui est maintenant dans les archives de Heidelberg:

" Moi, Adam Neuser, un Chrétien né en Allemagne et avancé à la dignité de Prédicateur aux personnes à Heidelberg, une ville où la plupart des hommes les plus cultivés à ce jour en Allemagne s'y trouvent, pour fuir et pour me réfugier près de Votre Majesté avec une profonde soumission, vous conjurant pour l'amour de Dieu et de votre Prophète, de qui est la paix de Dieu, de me recevoir dans le nombre de vos sujets et ceux de votre peuple qui croient en Dieu. Par la grâce de Dieu, le Tout Puissant, je le vois, je le sais, et je crois de tout mon cœur que votre Doctrine et votre Religion sont pures, claires, et agréables à Dieu. Je suis fermement persuadé que ma retraite parmi les Chrétiens idolâtres engagera de nombreuses personnes de Considération d'embrasser votre Foi et votre Religion, d'autant plus que beaucoup des plus érudits et des plus considérables d'entre eux ont à présent les mêmes sentiments que moi, comme j'en informe Votre Majesté par parole de bouche. Quant à ce qui me concerne, je suis certainement l'un de ceux dont il est dit dans le treizième chapitre du Coran: Les Chrétiens nous montrent plus de bonne volonté que les Juifs: et quand leurs Prêtres et  Evêques, pour autant qu'ils ne sont pas bornés et imprudents, comprennent les commandements que le prophète de Dieu a donné, et par là reconnaissent la vérité, ils disent avec les larmes aux yeux, ô Dieu! Nous espérons de nos Cœurs, puisque nous pensons la même chose que les bonnes personnes le font, vous voudrez également nous faire entrer dans la communion. : Car pourquoi ne devrions-nous pas croire en Dieu et en Lui, qui se manifeste à nous par la vérité?

 

Certainement, ô Empereur! Je suis de ceux qui lisent le Coran avec joie, je suis de ceux qui désirent être de votre Peuple, et je témoignerai devant Dieu que la Doctrine de votre Prophète, qui avait la paix de Dieu, est l'incontestable vérité. C'est la raison pour laquelle je supplie le plus humblement votre Majesté pour l'amour de Dieu et de votre Prophète d'être gracieusement heureux de m'entendre et de savoir quelle manière le Dieu de Miséricorde m'a révélé cette vérité.

 

Mais d'abord, avant tout, votre Majesté devrait être entièrement persuadée que je n'ai pas recours à votre protection comme certains Chrétiens ont l'habitude, qui en raison de leurs crimes, vols, assassinats, ou adultères, ne peuvent vivre en sécurité parmi les personnes de leur propre Religion. Car j'avais résolu, un an plutôt, de fuir en refuge vers vous, et j'étais avancé dans mon chemin aussi loin que Presbourg, mais ne comprenant pas la langue Hongroise je ne pouvais pas aller plus loin, et contre ma volonté j'ai été contraint de retourner dans mon pays où je n'aurais pas osé le faire si j'avais fui pour un quelconque crime. En plus rien ne me contraint à embrasser votre Religion, car qui pourrait me forcer a elle étant inconnu de votre peuple, et à une si grande distance d'eux?

 

Donc, votre Majesté ne devrait pas me placer dans le nombre de ces Chrétiens qui sont conquis et fait prisonniers par vos sujets embrassant votre Religion mais non pas avec de la bonne volonté et qu'ainsi bientôt trouveront l'occasion de s'échapper et de renoncer à la vraie foi. C'est pourquoi je supplie votre Majesté de prêter attention à ce que je vais dire, et d'être informée du véritable cours de ma retraite à votre Domination.

 

Etant promu à la dignité de prédicateur dans la fameuse Université de Heidelberg par l'Électeur Palatin qui après l'Empereur est le plus puissant Prince en Allemagne, j'ai commencé à me poser avec maturité en moi-même les diverses dissensions et divisions de notre religion Chrétienne: car un si grand nombre de personnes comme il y a parmi nous, il y a aussi beaucoup d'opinions et de sentiments. J'ai commencé par faire abstraction de tous les Docteurs et Interprètes des Écritures qui ont écrit et enseigné depuis l'époque du prophète Jésus Christ. Je me suis attaché uniquement aux commandements de Moïse et de l'Evangile. Ensuite, j'ai demandé à Dieu intérieurement avec une application des plus religieuses et le priant de me montrer le bon sens que je ne puisse pas être dans le danger de me tromper et mes auditeurs. Alors, s'il plait à Dieu de me révéler les 'Articles de l'Invocation du Seul Dieu Unique', sur lesquels Articles j'ai composé un livre dans lequel je prouve que la Doctrine de Jésus-Christ ne consiste pas en affirmant qu'il était lui-même un Dieu comme le prétendent faussement les Chrétiens: mais qu'il y a seulement qu'un seul Dieu qui n'a pas de fils consubstantiel à lui. J'ai dédié ce livre à votre Majesté et je suis sûr que la plupart des hommes capables parmi les Chrétiens ne sont pas en mesure de le réfuter. Et c'est pourquoi devrais-je en effet associer à Dieu un autre Dieu semblable à lui? Moïse l'avait interdit et Jésus-Christ ne l'a jamais enseigné. Ensuite me fortifiant moi-même de jour en jour par la grâce de Dieu, et comprenant que les Chrétiens abusent tous les avantages de Jésus-Christ, comme autrefois les Juifs abusaient du serpent effronté. . . . . . . . J'ai conclu que rien de pur n'est trouvé parmi les Chrétiens, et que tout ce qu'ils ont est falsifié. Car ils ont perverti par leurs fausses interprétations de presque tous les écrits de Moïse et l'Evangile, et que j'ai montré dans un livre écrit de ma propre main et que je présenterai à votre Majesté. Quand je dis que les Chrétiens ont falsifié et altéré les commandements de Moïse et l'Evangile, je veux dire que les mots et le sens. Car la doctrine de Moïse, de Jésus et de Mahomet est en accord en tout et ne sont pas contraires en toutes choses. . . . Le Coran donne un témoignage très avantageux pour Moïse et pour Jésus-Christ. Mais il insiste surtout sur les Chrétiens corrompant les commandements de Moïse et l'Évangile de Jésus-Christ par leurs interprétations erronées. En effet, si la Parole de Dieu est fidèlement interprétée, il n'y aurait pas de différence entre les Juifs, les Chrétiens et les Turcs. Ainsi, ce que le Coran répète si souvent est vrai. La doctrine de Mahomet détruit toutes les fausses interprétations des Ecritures, et enseigne le vrai sens de la Parole de Dieu. ..

 

Après cela, par la grâce de Dieu, j'ai compris, qu'il n'y a qu'un seul Dieu, que j'avais observé que la doctrine de Jésus-Christ n'était pas enseignée comme elle l'aurait dû, que toutes les cérémonies des Chrétiens étaient très différentes de leurs premières institutions. J'ai commencé à réfléchir que j'étais le seul homme de mon opinion dans le monde. Je n'avais pas vu le Coran et parmi nous les Chrétiens, ils ont pris soin de se propager dans toutes les parties de tels rapports infâmes et scandaleux contre tout ce qui concerne que les doctrines de Mahomet que les pauvres personnes qui sont faites pour croire que tant de vérités sont saisis d'horreur et à se retournent d'elles-mêmes au nom  du Coran. Néanmoins, par l'effet de la Divine Providence, ce livre est tombé dans mes mains pour lequel je rends grâce à Dieu. Je dis à Dieu, qui sait que je l'invoque dans ma prière pour votre Majesté et pour tous ceux qui vous appartiennent. Je cherche tous les effets de répandre des moyens de la connaissance de ces vérités à mes Auditeurs et dans le cas où ils ne recevraient pas cette doctrine, je résolus de demander l'autorisation des Electeurs d'abandonner ma charge et de prendre retraite chez vous. J'ai commencé à attaquer par voie de discussion dans toutes les églises et dans les écoles de certains points de notre doctrine et obtenu ce que je souhaitais: Car j'ai porté l'affaire à un point tel qu'il était connu de tous les États de l'Empire et j'ai attiré plusieurs hommes enseignés à mes côtés. L'électeur (par crainte d'une invasion de l'Empereur Maximilien). . . . me déposait. . . . ." (Traité Concernant les Musulmans, A. Reland, pp 215-223)

 

 

Mais la première date de cette lettre, (1570,) et la dernière de sa publication, (1701,) conspire à la rendre probable, qu'elle était une contrefaçon. La lettre interceptée, laquelle emmenait Neuser en prison, n'était pas écrite avant l'année 1571, et il est très contraire, qu'il devrait avoir sollicité la protection du Sultan avant cette période. D'ailleurs, si ce document, si un tel document avait été à l'existence, pourquoi il était autorisé à rester dissimuler à  travers la totalité du dix septième siècle, quand sa production pourrait avoir été d'un grand service pour la cause des Trinitaires ? Il a été montré, aussi, que la défection de Neuser n'était pas préméditée, que la profession de l'Islam était forcée sur lui par un concours de circonstances imprévues, et que lui-même profondément le pas, qu'il avait été forcé de faire, d'en le but d'assurer sa propre sécurité. Il décédait, le 12 octobre 1576, d'une maladie incurable, assistée des plus accablantes peines et souffrances, dont certains ont considéré comme un jugement sur lui pour son apostasie.

 

En additions aux lettres déjà mentionnées, nommément, l'une pour l'Ambassadeur de Transylvanie, et l'autre pour Stephen Gerlach, nous trouvons attribué à Neuser, "Celles concernant la personne du Christ," et remarques sur "L'étendue du septième chapitre aux Romains." La première est dite pour avoir été composée en prison, vers la fin de l'année 1572, et publiée en 1583, avec quelque autres tracts relatant de la religion Chrétienne, dont une allusion a déjà était faite, dans le récit de Matthias Glirius…

 



didier Le Roux
___________________________________________________________________________________________________________________
Le Roux Didier- Unitariens - © 2007 - 2008 Tous droits réservés
"Aucune reproduction, même partielle, autres que celles prévues à l'article L 122-5 du code de la propriété intellectuelle, ne peut être faite de ce site sans l'autorisation expresse de l'auteur ".

Publié dans biographies

Commenter cet article