David Ferencz

Publié le par didier Le Roux

Major dates from the History of the Transylvanian Unitarian Church.

Compilé par Prof. Erdö János et traduit par Gellérd Judit.

    Naissance de David Ferencz
(1510-1520). Selon la tradition il est né en 1510, mais vraisemblablement plus tardivement, autour de 1520 à Kolozsvár. Son père était Hertel Dávid (citoyen de nationalité Saxon), sa mère était Hongroise. Il s'appela aussi Franciscus Davidis (ou fils de David) et plus tard Dávid en tant que son dernier nom de famille. Ses fils, Dávid et János sont revenus au nom de Hertel sous sa forme latine, Hertelius.

    -1545 : Dans son propre pays il allait à l'école de sa ville natale de Kolozsvár. Plus tard il étudia à Gyulafehérvár et à Brasso.

    -1540 à 1571 : Période de la vie du Roi János Sigismund.

    -1544 à 1556 : Réforme de Kolozsvár.

    -1546 à 1551 : Dávid Ferencz étudia à l'étranger.Soutenu par les patrons, Medgyesi Ferenc et Pesti Gáspár, il fut instruit aux universités allemandes de Francfort à Odera et de Wittenberg où il devenait un passionné de la réforme.

    -1549 : Hoffreff György, un typographe Saxon, fonda la maison d’impression de Kolozsvár qui plus tard deviendra la propriété de Heltai Gáspár.

    -1551 à 1565 : Publication des 7 premiers volumes de la Bible en hongrois.

    -1551 : Après être retourné chez lui, David Ferencz
devint professeur à Beszterce.

    -1552 : Il devint pasteur du village de Petres près de Beszterce. Dans les deux endroits il imposait l'esprit de la réforme dans son activité.

    -1552 à 1555 : Il devint directeur de Kolozsvár.

    -1554 à 1555 : Synode de Szék. En tant que théologien identifié de la Réforme de Transylvanie, David Ferencz
participa au synode sur la thèse du salut, du penseur libéral italien Francis Stancaro. Pour la défense de la résolution du synode David Ferencz écrivit et édita son premier travail en le latin, la DIALYSE.

    -1555, le 6 octobre : David Ferencz
fut élu par la ville de Kolozsvár en tant que pasteur en chef. De cette position il joua un rôle important dans la promotion de la Réforme de Transylvanie. En même temps il développa Kolozsvár en centre de réforme religieuse et culturel. Il constatait le détachement de la Bible comme principale cause de la démoralisation du christianisme. La réforme ne pouvait être autre chose que la restauration du christianisme d'évangile basé sur la Bible.

    -1557 à 1559 : David Ferencz
devint l'évêque des Luthériens hongrois de Transylvanie. En raison de problèmes dogmatiques il renonca à ses fonctions en 1559.

    -1559 à 1564 : Propagation des doctrines du réformateur suisse
Zwingli et de Calvin en Transylvanie.

    -1560 à 1564 : David Ferencz ne considérant pas que la réforme religieuse de Martin Luther fût finie, il voulait la poursuivre jusqu'à ce qu'une restauration plus parfaite du christianisme soit réalisée. Il trouvait que les doctrines quant à la communion émanant de la Réforme Suisse étaient davantage en accord avec la Bible que celles de Luther. Par conséquent il préconisait la direction Suisse en tant que la meilleure pour le renouvellement Chrétien. Dans le but de garder l'unité de la réforme il chercha la réconciliation du Lutheranisme et de la pensée Suisse.

    -1564, le 9 avril : Synode de Nagyenyed.Ce fut la dernière tentative de réconciliation. Ils ne trouvèrent pas un accord sur la question de la communion. En raison de la division de la Réforme de Transylvanie, la séparation des deux tendances des réformes demeura définitive. La Réforme Suisse commenca à organiser une église indépendante ; David Ferencz
fut élue évêque par ses disciples et Le roi John Sigismund le nomma prédicateur personnel de la cour.

    -1565 : Début de la Réforme Unitarienne.Les opinions bibliques et humanistes de David Ferencz
sont venues rapidement dans le conflit avec le dogmatisme de la réforme Suisse. Calvin s’opposa et considérait la réforme religieuse comme principe éternel et ses directions particulières en tant qu'étapes évolutionnaires. Il voyait que la volonté de Dieu faisait progresser point par point la réforme religieuse pour atteidre la pleine vérité. La suite de la réforme était une mission prophétique dans sa conception qu'il effectuait pour l'amour de Dieu, de Jésus et de son Eglise. « Celui que Dieu a éclairé par son esprit ne doit pas être silencieux et ne doit pas cacher la vérité.»Se basant sur la Bible et la raison, David Ferencz continua la réforme des préceptes du Christianisme. Il conservait seulement ce qui pouvait être prouvé provenir de la Bible et qui était imaginable par la raison. Dans sa recherche, il rejetait le dogme de la Trinité comme création humaine et commençait à prêcher le concept d'un Dieu basé sur les enseignements de Jésus. C'est de cette façon que le principe de l'unité de Dieu devint l'idée centrale de sa réforme et de cela la Réforme religieuse de Transylvanie arrivait à une nouvelle étape radicale de son développement,

    -1566, le 20 janvier : David Ferencz
donna son premier discours solennel unitarien dans l'église principale de Kolozsvár. <

    -1566 à 1571 : Discussions religieuses de David Ferencz
et de Meliusz Juhász Péter. Le roi permit aux discussions religieuses de s’organiser afin de mettre un terme aux tensions existantes, d'établir une attitude uniforme et reconstituer l'unité de la religion. Commencées dans l’année 1566, ces discussions religieuses étaient une occurrence commune entre les conservateurs, les orateurs de la réforme et les laïques au sujet de la " vieille science papale et le nouvel évangile." « On entendait dans toute la Transylvanie, dans les villages et dans les villes, parmi les gens communs des grandes discutions, pendant les repas, dans les soirées et matinées, dans la nuit et dans la journée et dans les entretiens communs et des pupitres, des accusations et des combats entre les représentants des deux religions ». (La chronique de Nagy Szabó Ferenc). L'orientation religieuse du Luthérien et du Suisse reformés présenta un front uni contre l’Unitarisme. Le fardeau des discussions religieuses fut porté par Dávid Ferencz et Méliusz Juhász Péter.

    -1566, le 15 mars. Le synode des discussions religieuses à Torda proclamait que la seule base de la foi chrétienne est la foi apostolique. Cette résolution constitua la première manifestation objective de la Réforme Unitarienne. Du 24 au 27 avril : Premier conflit religieux à Gyulafehérvár. Ici pour la première fois la question de la Trinité fut mise en avant au cours d'une discussion publique. Le 19 mai : Discussion religieuse à Marosvásárhely. Dávid Ferencz édita un catéchiste.

    -1567 : Fondation de la maison d’impression à Gyulafehérvár, le roi la mit à la disposition de David Ferencz
. La maison d’impression fut utilisée par les unitariens jusqu'en 1571. Les premiers livres Unitariens furent édités en ce lieu. En 1567, David Ferencz édita trois travaux, le plus important était : l’explication courte (Rövid magyarázat), dans laquelle il élabora les articles de la foi de l’unitarisme basée sur la Bible.

    -1568, du 6 au 13 janvier : La Diète de Torda proclamait la liberté religieuse et de conscience comme suit : « Notre majesté royale, comme il fut décidé aux discussions précédentes dans votre pays aux sujets des questions de religion, nous confirmons aussi bien pendant la Diète actuelle que chaque orateur prêchera l'évangile dans ses propres conceptions, dans n'importe quel endroit si sa communauté est disposée à l'accepter, et si elle ne l'est pas, personne devrait le forcer juste parce que son âme en n'est pas satisfaite ; mais une communauté peut garder un tel prédicateur dont les enseignements sont délicieux. Et personne, ni des surveillants et autres, peuvent blesser un prédicateur pour ceci ou par les constitutions précédentes ; personne ne peut être blâmé en raison de sa religion. Personne n'est permis de menacer autruit par la prison ou de priver n'importe qui de ses fonctions en raison de sa profession : parce que la foi est un cadeau né de Dieu de l'audition et cette audition est conçu par la parole de Dieu. » Cette décision étant inégalée en Europe contemporaine, constituait une reconnaissance de l’état de l’Unitarisme et base de l'Eglise Unitarienne. La nouvelle religion constituée n'eut pas un nom admis à son début. David Ferencz
et ses associés signèrent leurs publications : « L'Eglise de Transylvanie d'un accord. » Les unitariens préféraient utiliser le nom de « chrétien » ; David Ferencz se référait en tant que « domestique du crurcifié Jésus Christ. »

    -1568, du 8 au 18 mars : Deuxième discussion religieuse à Gyulafehérvár. Par son importance cette deuxième discussion fut prépondérante parmi les discussions de Transylvanie. Son rapport fut publié par les deux parties, édité par Dávid Ferencz et Heltai Gáspár respectivement. Les conséquences des discussions religieuses construisirent probablement la victoire des unitariens.(...)
    En cette année l'école Ovár de Kolozsvár est devenue unitarienne. Avec l'appui du roi et de la ville, l'école se développa en une université de haut niveau servant très efficacement à l'évolution de la théologie unitarienne et de l'éducation en Transylvanie. Le premier président de l'université d'Ovár fut Dávid Ferencz. Dans la maison d’impression à Gyulafehérvár, Dávid Ferencz dans un livre qui y fut édité, donnait l'explication au sujet de Jésus le Christ sur la base des écritures saintes ; de même qu’une brochure des travaux des auteurs unitariens d'Europe occidentale et polonais, de De falsa et de patris de Dei d'unius de vera (du faux et le vrai, seulement un Dieu, notre père) et également des livres de l'orateur Basilius István de Kolozsvár : L'explication de la foi apostolique et quelques questions au sujet de la vraie croyance chrétienne.

    -1569, du 20 au 25 octobre : Discussion religieuse à Nagyvárad. Cette discussion fut entrenue dans la langue hongroise pour que le peuple puisse comprendre. Le rapport de cette discussion fut édité par David Ferencz sur la presse d’Heltai. La tradition dit qu’après cette discussion 3000 personnes se convertirent à l'Unitarisme.

    -1569 : Le premier volume des sermons de Dávid Ferencz fut édité. En cette année est également parue la brochure écrite par Dávid Ferenc et
Biandrata Georges, le Refutatio scripti Georgii Maioris.

    -1570 : Publication du premier livre des cantiques unitariens. La tradition l'attribua à Dávid Ferencz. Aucune copie de cette édition n’est connue aujourd'hui. Dans l’année 1570, un grand nombre de penseurs libéraux étrangers et théologiens antitrinitaires trouvèrent refuge en Transylvanie. Quelques noms : Sommer János, Neuser Ádám, Franchen Keresztély, Paleologus Jakab, Glirius Vehe, Mátyás, et d'autres. Le patron des réfugiés était Gerendi Janos qui dans son manoir près d’Aranyosgered et d’Olconna hebergea une grande partie de ces invités.
Biandrata Georges, médecin et antitrinitaire italien, vint en Transylvanie dans l’année 1562 en tant que docteur du roi. Passionné de la réforme radicale il participa aux luttes de la Réforme religieuse de Transylvanie.
    –1571, du 6 au 14 janvier : Diète de Marosvásárhely. Elle confirma les résolutions de la Diète de Torda en 1568 : « l’évangile de Dieu doit être prêché partout librement, personne ne sera blessé en raison de sa confession, ni un prédicateur ni les assistans ».

    -1571, le 14 mars : Décès du Roi
John Sigismund (János Zsigmond). Le système des religions reçues fut associé à son nom, qui consistait de stoper le Catholicisme comme religion d'état et par conséquence, toutes les dénominations protestantes issues de la réforme étaient graduellement reçues en tant que religions reconnues. Il était un passionné de la Réforme de 1563 et après 1568 le disciple et le patron de l'Unitarianisme. Il fut enterré dans la cathédrale de Gyulafehérvár. Pour l’enterrement du roi David Ferencz prêcha son discours solennel en hongrois et Sommer János en latin. Après la mort de John Sigismund deux travaux théologiques importants de David Ferencz furent édités : Au sujet de Dieu glorieux lui-même et son fils vrai, Jésus de Nazareth et la confession vraie au sujet de la divinité d’un seul Dieu le père et de son saint fils Jésus le Christ.

    -1571, 20 septembre : Discussion religieuse à Marosvásárhely. Les discussions religieuses et les tentatives de compromis sont demeurées infructeuses en raison de l'intolérance, de l'exclusivité et de la conviction de chacun en leurs propres conceptions dogmatiques. David Ferencz
avec ses sermons, discussions et travaux obtint le grand succès de conserver les résultats. La majorité des pasteurs, possédant au part avant un esprit suisse, se joignirent à l’Unitarisme ainsi que le roi et l'aristocratie qui sympathisèrent avec lui. L’Unitarisme est devenu victorieux de l'ardeur des discussions religieuses. Il prit des racines dans tout le pays et devint un facteur important dans la vie de Transylvanie. Les idées de la Réforme Unitarienne se propagèrent en dehors de Transylvanie, au delà du Danube en Bánság, Alföld et Dunántúl.

    -1571 à 1576 : La règle de Báthori István. Le prince et ses successeurs introduisirent une politique religieuse pour la restauration de l'Eglise Catholique, supplantant l’Unitarisme. Báthori István confisqua la maison d’impression de Gyulafehérvár aux unitariens, Dávid Ferencz fut enlevé de sa position d’orateur de cour et tous les unitariens excepté Biandrata G.

    -1571, 17 septembre : Introduction de la censure. Le prince interdit la publication et la distribution de tous les travaux religieux des anciens ou des nouveaux auteurs sans censure.

    -1572, du 15 au 19 mai : Loi d’innovation.Cependant la Diète de Torda confirmait les lois religieuses du prince John Sigismund s'opposant à l’initiative de Báthori István d’interdir toute autre réforme religieuse promettant une punition de sa position de prince pour les innovateurs (réformateurs). Cette loi d'innovation joua un rôle décisif dans le destin de l'Eglise Unitarienne.

    -1572 à 1579 : Les années de tribulation. L’Unitarisme continua l'analyse dogmatique au cours de l’année 1570, ses procédés de baptême et la personnalité de Jesus devinrent un centre d'intérêt. Dans le conflit au sujet de Jésus, deux côtés se sont opposés : l’un était partisant de Dávid Ferencz qui enseignait l'humanité de Jésus et, par conséquent, le respect de son être qui lui était dû mais non objet de culte. L'autre groupe représentait l'opinion conservatrice de Biandrata G. et de Hunyadi D., qui malgré leur antitrinitarisme enseignait le culte et l'appel du Christ. L'antagonisme entre les deux côtés est graduellement devenu plus manifeste, qui a non seulement dédoublé l’Unitarisme mais également tragiquement tourné les collaborateurs précédents les uns contre les autres à un moment où la contre réforme était déjà apparue en Transylvanie.

    -1574 : Décès d’Heltai Gáspár.Il était un orateur, un traducteur de la Bible, un auteur et éditeur en même temps. Il avait suivi David Ferencz
loyalement dans les développements de la réforme. Depuis 1544 il était un réformateur luthérien de Kolozsvar, commençant en 1559 où il était un passionné de la Réforme Suisse ; débutantant en 1569 il est devint un orateur unitarien. Sa maison d’impression était l'une des quelques presses d'Europe rendant possible la publication des livres unitariens. Le décès d'Alvinczi György, pasteur unitarien, suite au conflit religieux de Nagyharsány où ses adversaires, les disciples de la Réforme Suisse, le condamnèrent à la mort. C'était un cas flagrant de l'intolérance religieuse au 16ème siècle.

    -1576, 28 Janvier : La diète de Medgyes identifia l'épiscopat (le bishopcy) de Dávid Ferencz et confirma le droit à l'église Unitarienne d'élire un évêque.

    -1576 à 1581 : Règle de Báthori Kristóf.A la Diète de Torda le prince limita le droit des unitariens de tenir un synode à Kolozsvár et à Torda.

    -1578, mars : Le synode Unitarien de Torda enregistra la participation de 322 pasteurs confirmant le principe de la libre question. Selon ceci, personne ne peut être accusé et condamné de violer la loi d'innovation s'il recherche les questions que le synode n'a pas encore décidées.

    -1578, mars : Socinus Faustus vint à Kolozsvár. Biandrata G. réclama l'aide du théologien antitrinitaire bien connu pour essayer de convaincre David Ferencz
et de l'inciter à accepter la pratique du culte et de l’appel de Jésus. La discussion entre Socinus Faustus et Dávid Ferencz se finissait avec aucun résultat.

    -1579, 28 Fevrier : Le synode de Torda rejeta la charge de Biandrata Georges contre David Ferencz
et de ses disciples pour viol de la loi d'innovation. Le synode affirmait que les unitariens n'ont pas innové, mais ont seulement développé leurs enseignements précédents. Chercher la connaissance religieuse et la vérité est un devoir des pasteurs.

    -1579, mars : Biandrata G. dénonca David Ferencz
au prince en tant que réformateur religieux violant la loi de l'innovation et prêchant de nouveaux enseignements. Le prince Báthori Kristóf attendait une bonne occasion de se retourner contre Dávid Ferencz et à partir de cette dénonciation, il interdit le réformateur unitarien de prêcher, le détenant en maison d’arrêter et présenta son cas avant la diète.

    -1579, 26 avril : Affaire de David Ferencz
avant la Diète de Torda.L'adhésion courageuse de l'orateur et l'attitude de ses défenseurs intercéda avec les plans du prince. La Diète avertie le prince que « dans ce cas présent, il ne devrait pas emporter par non considération la décision mais un acte délibéré, faisant appel au conseil de la loi et des juges de l’Eglise. » Le cas de David Ferencz fut remis à plus tard pour la diète de juin.

    -1579, du 1er au 2 juin : Sentence de la diète de Gyulafehérvár dans l'affaire de Dávid Ferencz. Apprenant la division de la Diète de Torda, l'affaire fut préparée par le conseiller du prince, le jésuite Leleszi János. En conséquence cette diète chargea David Ferencz
de violation de la loi d'innovation. Malade et détenu en maison d’arrêter, Dávid Ferencz fut apporté à Gyulafehérvár. Ses défenseurs étaient Trauzner Lukács, Ovári Benedek et Sztárai Mihály. Avant la diète, Dávid Ferencz expliquait encore que salut n'est pas innovateur, qu'il avait toujours enseigné l'humanité de Jesus et la Bible ordonne le culte de Dieu et pas le culte et l'appel de Jésus. Le groupe de Biandrata G. et de Hunyadi D. et la majorité influente du régime déclarèrent l'enseignement de David Ferencz une innovation. Basé sur ceci, le prince condamna David Ferencz en tant que réformateur religieux à l'emprisonnement à vie dans la forteresse de Déva. La sentence de David Ferencz constitue la première victoire de la contre réforme.

    -1579, 2 juillet : Le synode (unitarien) de Kolozsvár et ses résolutions.Ce synode sous la pression de Biandrata G. et de Hunyadi D. proclama une foi se composant de 4 points : Divinité de Jesus, culte et appel de Jésus et le royaume du Christ, comme conduite de l'église pour l'évêque. Le synode organisa un Consistoir de 24 membres et à la chaise de l'évêque (unitarien), en raison vide suite de l'emprisonnement de Dávid Ferencz, il nomma l'orateur Hunyadi D. Il fut confirmé par le prince Báthori Kristóf. Le precept de l’Unitarisme de David Ferencz
ne s'est pas terminé. Cependant l'absolutisme du prince et de la contre réforme l'a privée de son développement, plusieurs des pasteurs et des disciples lui sont restés fidèles. Dans les écritures qui ont échappé à la censure fut maintenu les enseignements du vivant de David Ferencz.

    -1579, novembre : Karádi Pál, pasteur unitarien de Temesvár écrivit une lettre aux pasteurs de Kolozsvár au sujet de son engagement aux enseignements de David Ferencz
. Il a également indiqué que Biandrata G., Hunyadi D. et ses partisants favorisèrent la condamnation de David Ferencz. Il se sépara avec l'église de Transylvanie. Le 25 novembre, décès de Dávid Ferencz.Dans la notification de Bogáti Fazekas Miklós, color="#990033">David Ferencz est mort le 7 novembre, ou pour la tradition le 15 novembre. Les circonstances de sa mort et sa tombe sont inconnues. La prison n'a pas cassé l'esprit de Dávid Ferencz. Ceci est indiqué par son témoignage gravé sur le mur de sa cellule de prison : « Ni l'épée des papes, ni la croix, ni l'image de la mort, rien ne stoppera la marche de la vérité. J'ai écrit ce que je ressentais et ce ce que je prêchais avec un esprit confiant. Je suis convaincu qu'après ma destruction les enseignements des faux prophètes s'effondreront. »

    -1580 : Publication du document de sa défense, le Defensio Francisci Davidis. La sentence et la mort de David Ferencz
ont provoqué une discussion désespérée dans le pays et à l'étranger. Par ce processus des écritures furent publiées à Francfort et éditées par Paleologus Jakab et Glirius Vehe. Mátyás et Hertel Dávid travaillèrent avec succès pour la défense du réformateur unitarien et justifièrent sa cause. Le grand intérêt vers ce livre est indiqué par trois éditions pendant le 16ème siècle, la quatrième édition fut éditée en 1983 par la « Biblioteca Unitariorum ».

    -1582 : Autour de cette année, Bogáti Fazekas Miklós (1548-1592) fit de ses psaumes une célèbre traduction qui pour la première fois rendait le livre dans son entier en vers hongrois. Toutefois il essayait d'être fidèle au texte original et entrelaçait toujours ses traductions avec quelques opportunes références sociales.

    -1592 : Après la mort de Hunyadi D., le synode élit le professeur d'université et le président, Enyedi György, en tant qu'évêque unitarien
 



___________________________________________________________________________________________________________________

Compilé par Prof. Erdö János et traduit par Gellérd Judit versl'anglais. Traduit d l'anglais vers le français par didier Le Roux
Le Roux Didier- Unitariens - © 2007 - 2008 Tous droits réservés
"Aucune reproduction, même partielle, autres que celles prévues à l'article L 122-5 du code de la propriété intellectuelle, ne peut être faite de ce site sans l'autorisation expresse de l'auteur ".

Publié dans biographies

Commenter cet article